Art urbainIntégrale

Sax

Sax

Quand la couleur permet de faire ressortir l'animalité

« Je pense que la rue permet d’étendre l’univers de la série sur laquelle on travaille. »

Parcours & Technique

Comment es-tu devenu artiste ?

Petit, je réalisais des films d’animation. Progressivement j’en suis venu à peindre des décors et des personnages, puis des toiles. J’ai ensuite un peu mis la peinture de côté pour travailler dans le cinéma, faire de la musique et des clips. En réalisant des story-boards et des illustrations de production, je me suis aperçu que c’était ce qui me plaisait le plus et j’y suis donc complètement revenu il y a environ deux ans. J’ai essayé de trouver un style et de le développer, pour cette année commencer à montrer mes créations et à les exposer. J’ai aussi étudié le graphisme en arrivant à Paris, qui était pour moi une discipline trop appliquée, mais dont certains éléments se retrouvent aujourd’hui dans mon travail.

Quelle est ta technique privilégiée ?

J’utilise de l’aquarelle, de l’acrylique et de la bombe aérosol (de préférence à l’eau), car depuis que je suis à Paris je vis dans de petits espaces, et c’était plus pratique de procéder ainsi. Je peins surtout au couteau et je pense me mettre prochainement à la peinture à l’huile qui permet des effets de relief plus marqués.

Adaptes-tu ton style à chacune de tes séries ?

Je pense qu’il y a plutôt une continuité dans mon travail : je reste depuis le départ particulièrement attaché à l’environnement car je crois qu’il s’agit d’un thème vraiment contemporain. Le style s’adapte ensuite en fonction des périodes, et la rue m’a par exemple permis de passer sur de plus grands formats en donnant davantage d’ampleur à mes créations tout en leur conférant une histoire.

Faune & Flore

Les animaux occupent une place importante dans ton travail.

J’ai grandi à la campagne et les animaux me passionnent, je pouvais passer des heures à les observer. Mes premières aquarelles représentaient des insectes, et avant que même que je réalise la série  des Superorganismes je peignais des créatures anthropomorphes inspirées par ces derniers et par les végétaux.

Pourrais-tu revenir sur ta série représentant des animaux sauvages ? Leur traitement graphique les rend très urbains.

J’essaye de faire ressurgir l’animalité de ces animaux dans la rue, qui n’est pas du tout leur cadre naturel.  Pour cela j’utilise des graffitis, des couleurs fluo, et parfois une dose d’anthropomorphisme pour qu’on puisse s’y identifier et nous y reconnaître. Leurs formes sont construites en partie avec les graffitis qui produisent un effet de calligramme en alliant les mots au visuel et renforcent l‘idée qu’ils sont souvent laissés à l’abandon, comme de vieux bâtiments couverts de graffs.

J’intègre aussi parfois des références à mes amis ou des caricatures pour apporter une touche d’humour.

Enfin, je travaille toujours sur le mouvement, réflexe venant peut-être de mes premiers films d’animation, en cherchant à apporter un maximum de la vie au dessin.

La couleur prend une place importante dans la série Superorganismes, et la composition rappelle les assemblages d’Arcimboldo.

Cet intérêt pour la couleur est surtout apparu avec la série Superorganismes et la multitudes de teintes des coraux. Cette série imaginait une humanité prise sous les flots,  j’essayais d’y montrer le visage monstrueux de l’humain qui se serait adapté. Aujourd’hui, les couleurs flashy servent aussi à se démarquer dans la rue, et je suis passé de couleurs vives à des couleurs fluo dans ce but. Si j’utilise principalement certaines harmonies colorées comme base, beaucoup de couleurs se retrouvent sur une seule peinture, donnant plus d’impact à l’œuvre. Il y a de la « concurrence » dans la rue et il était nécessaire de trouver un style qui permette de se démarquer tout autant que de porter un message. Ici, cela met aussi en avant ces espèces que l’on a tendance à oublier, en attirant l’œil dessus.

Cette série se démarquait pourtant par son aspect très sombre.

Je ne la trouve pas si sombre que ça. On la croit sombre parce que le fond est noir pour représenter  les abysses, mais si l’on sort les coraux de l’eau, on s’aperçoit qu’ils sont pleins de couleur, pleins de vie. A l’inverse, je trouve que les animaux sont plus sombres qu’on ne le pense de par leur côté sauvage : ils viennent nous rugir au visage, se montrent plutôt agressifs.

Rapport à la rue

Que représentes la rue en tant qu’espace de création ?

Je pense que la rue permet d’étendre l’univers de la série sur laquelle on travaille. Elle permet de créer une ambiance cinématographique, et le choix du lieu va permette d’apporter une histoire au mur. C’est aussi un lieu qui sert d’espace d’exposition, qui donne une meilleure visibilité. Je me suis mis à y travailler naturellement, sans que cela soit le fruit d’une vraie conviction. Au début je me suis caché, essayant de sortir la nuit entre minuit et une heure, mais je me suis aperçu que le Street-Art est plutôt toléré (en tous cas à Paris).

Pourquoi avoir choisi le collage ?

Cela vient des hantises que l’on peut avoir vis-à-vis de la rue, j’ai pensé que l’amende serait moins sévère. De plus, le collage a un aspect éphémère qui correspond à la sensibilité du message, ce qui me plaît le plus c’est l’histoire que je raconte et le fait de parvenir à la mettre en scène par la photographie, donc l’aspect éphémère ne me dérange pas. Mon collage est terminé lorsque je l’ai pris en photo, que j’ai capté le moment que je voulais : il peut ensuite disparaitre.  Cette mise en scène apporte encore plus de vie à l’image, elle est l’aboutissement de ce que j’ai fait.

Qu’est-ce qui va déterminer le choix du lieu ? Le contexte ou la visibilité conférée à l’œuvre ?

Je pense que ces deux dimensions entrent en compte. Pour cette série la présence d’animaux sauvages dans la rue crée un contraste intéressant. Mais la visibilité est aussi importante : je repère toujours l’endroit avant le collage, pour que je puisse adapter mon format, comme pour le paresseux accroché à un tuyau. Je ne pouvais pas non plus poser un éléphant à n’importe quel endroit !

Quel rapport aimerais-tu qu’il y ait entre ton œuvre et le passant ?

J’aime bien quand les passants se prennent en photo devant mes collages, car il y a alors comme une interaction avec l’animal, cela amène un peu de vie à l’œuvre. J’ai par exemple réalisé un Dumbo qui vole que beaucoup essayent d’attraper.

Musique et Peinture

Tu travailles musique et peinture en parallèle.

Je fais de la musique depuis mes 18 ans : elle permet d’extérioriser des choses que j’ai a en tête et que je ne parviens pas à dire autrement. Avant même de m’y mette, mes premières peintures représentaient des musiciens, d’où mon pseudo.

C’est la vidéo qui m’a poussé vers la musique, je voulais en faire afin de pouvoir réaliser des clips. Elle a aussi débouché sur la peinture, passant des décors peints aux prises de vue réelles. Après plusieurs petits films amateurs, je me suis tourné vers le clip afin de ne plus avoir à m’occuper des dialogues et de la direction d’acteurs.

Penses-tu vouloir évoluer en travaillant ces deux disciplines de front ?

C’est important pour moi, même si je me concentrerai peut-être plus sur un domaine qu’un autre. Aujourd’hui j’ai choisi la peinture comme pratique principale, mais j’envisage toujours de faire de la vidéo et de la musique – je me force ainsi à sortir au moins un morceau par an pour mon anniversaire. En Street-Art, mon objectif est de produire une nouvelle pièce par semaine. J’essaie donc de tout combiner dans un même but : me faire plaisir !

Dans ta chanson Sans Plus, ton refrain dit : « A quoi ça sert de vieillir quand plus vieux on n’est pas différent, on va là où la vie nous mène, mais on reste les mêmes. »

Les chansons sont très personnelles, mais j’essaie de ne pas changer foncièrement et de prendre la vie jour après jour. Quand il y a quelque chose qui me plait je le fais, c’est le cas depuis que je suis petit, c’est une manière d’être heureux, ou du moins d’essayer de l’être. Je n’ai pas peur de la vieillesse et je pense qu’en avançant dans la vie il faut rester fidèle à ses convictions.

Découverte de l’Art urbain

As-tu l’impression d’arriver au milieu d’un courant artistique préexistant ?

Je ne suis pas grand-chose pour le moment. J’arrive sur un terrain occupé par d’autres, j’ai donc voulu me démarquer par le style et être percutant visuellement pour arriver à sortir du lot. Par ailleurs, je suis fan de beaucoup de street-artistes, cela fait un moment que je les suis sur les réseaux sociaux, et c’est impressionnant de pouvoir les rencontrer.

A mon avis il y a encore beaucoup de choses à faire en Street-Art, on est un peu comme à l’époque du cubisme. Je n’ai pas encore assez de recul, cela fait 6 mois que j’en fait, comme si j’étais parti de rien: on verra ce qui se passera dans 6 mois.

Alors que beaucoup d’artistes urbains utilisent un même motif, tu sembles expérimenter en permanence.

J’essaie à chaque fois d’apporter quelque chose en plus que je n’ai pas encore fait, que ce soit par la pose, la couleur ou la mise en scène. Je répéterai peut-être à un moment le même motif, mais pour l’instant je cherche plus à pousser au plus loin mes expérimentations en modifiant de petits éléments.

Quels projets aimerais-tu mener ?

A court terme je souhaiterais mettre en place une exposition centrer sur un seul thème, en créant pourquoi pas une ambiance de forêt complètement immersive. Sans me projeter à long terme, je voudrais développer ce concept, et relier les nouvelles technologies à l’art plus classique. Il y a surement beaucoup de choses à réaliser avec ça.

Vous pouvez retrouver plus d’informations sur Sax sur Facebook, Instagram, Youtube et son site internet.

Photographies: Sax

Entretien enregistré en juin 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *