Arts graphiquesIntégrale

Icy & Sot

icy & sot

Quand l'Art s'infiltre à travers les grillages

créer dans la rue

Quand avez-vous commencé à travailler dans la rue ? Pourquoi et quand vos pochoirs sont-ils devenus plus engagés ?


En grandissant, nous passions plus de temps à patiner dans la rue qu’à jouer aux jeux vidéo à la maison. Tout a commencé avec le skateboard : nous fabriquions des autocollants, des pochoirs dans la ville, et grâce à Internet, nous trouvons des informations sur les artistes de rue internationaux. C’était vers 2005, 2006. Nous savions qu’en un ou deux jours nos peintures disparaîtraient, que notre travail serait censuré, même s’il n’était pas politique. Nous avons travaillé plus dur, en repeignant les peintures effacées, en parlant de la censure, du travail des enfants et des questions politiques. Les pochoirs nous permettaient d’être plus rapides, c’était la seule façon de créer dans la rue.


Comme nous n’avons pas étudié les arts, il était naturel pour nous de commencer dans la rue. De plus, dans une société où vous n’avez pas beaucoup de liberté, cela permet de travailler avec enthousiasme et peut-être même de façon plus sûre.

The Fence Between Us - 2018
Selon vous, pourquoi la rue est-elle un lieu spécifique de création ? Cela change-t-il quelque chose au message ?


Nous voulions que les gens voient notre travail. Dans ces lieux très fréquentés, les gens qui marchent peuvent voir vos œuvres et y réfléchir. Quand vous peignez dans la rue, cela devient public, et s’adresse à toutes sortes de personnes. A l’opposé, dans une galerie, le public était familier avec les arts. Pour toutes sortes d’arts, vous avez un moyen d’enfreindre les règles, et c’est ce que nous voulons faire. Nous voulions créer des choses qui parlent des problèmes de notre époque plutôt que des arts décoratifs.

The New American Flag - 2018

s'inscrire dans un contexte

Avec le temps, vous avez commencé à faire des pièces plus conceptuelles, tout en gardant ce lien avec l’espace public.


C’est une combinaison de choses. Nous avons fait des pochoirs pendant longtemps et nous en avions un peu marre. Nous pensons que chaque idée est un médium spécifique : parfois une peinture murale est la meilleure solution, d’autres fois une image peut être plus puissante qu’une peinture si vous choisissez le bon endroit pour la réaliser. Nous avons commencé à utiliser des clôtures pour parler des réfugiés et de l’immigration et l’utilisation de matériel était plus puissante que le dessin. C’est quelque chose que l’on peut ressentir.

Le médium a changé, mais vous trouvez toujours des similitudes, comme la simplicité pour que les gens comprennent le message immédiatement. Avec les clôtures, nous prenons quelque chose qui est considéré comme une barrière. Cela semble fragile parce que vous pouvez voir l’autre côté, mais cela évoque un voile invisible.

Tenacity of Hope - 2019
Untitled - 2018
Le cadre a une place importante dans votre travail récent.

Lorsque vous commencez à faire des installations temporaires, l’arrière-plan devient une partie centrale de votre travail. Dans d’autres cas, les réflexions sur les décors sont essentielles : les océans ou les forêts environnants ont plus de sens lorsque vous parlez du changement climatique, plutôt que si vous faites la même chose dans une ville. Ici, l’environnement rend votre travail plus fort.

la photographie dans l'art conceptuel

La plupart des gens connaîtront l’œuvre grâce à la photographie. Comment considérez-vous la photographie elle-même ?

Nous prenons toujours une photo au bon moment de la journée. Lorsque nous avons terminé une pièce, les photographies prises au bon moment nous permettent de considérer notre travail comme accompli. Nous aimons la photographie et nous aimons prendre nous-mêmes de bonnes photos de notre travail. Une autre raison est que beaucoup d’artistes ne prennent pas de photos de leurs œuvres, par exemple en Europe et aux États-Unis, parce qu’ils savent qu’il y a beaucoup de photographes qui aiment le faire, et qu’ils en trouveront un bon plus tard. En Iran, il n’y avait rien de tel, alors documenter notre travail était si important pour nous. Depuis le début, documenter notre travail est une partie importante du processus.

Human Reflection on Nature - 2017
Lorsque vous prenez une photo, cela supprime une partie de l’aspect contextuel de votre travail.

Peut-être, mais la photographie est une nécessité. Lorsque vous êtes devant l’installation, à n’importe quel moment de la journée, elle se présente différemment. Clôtures, pochoirs : à la fin, tout est temporaire. À un autre moment, le travail lui-même consiste en des images : nous installons quelque chose à un endroit auquel il n’appartient pas. Ici, il s’agit plus d’une série de photographies que d’une installation.

un travail engagé

L’un de vos travaux est Radioactive Pollution Kills, qui dénonce l’aspect caché des déchets nucléaires.

Pour Yellow Cake, nous avons été invités en Arizona pour ce projet. Des gens y ont vécu pendant des années, à côté de la nation Navajo, et nous faisons beaucoup de recherches, et nous voulions faire un travail sur ces gens, des natifs américains, dont les grands-pères avaient le cancer, les parents travaillant dans les mines avaient le cancer. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait des mines d’uranium là-bas, ils ont laissé ces mines sans protection. Le peuple Navajo y vit et l’eau est contaminée. Comme ces endroits ne sont pas protégés, les gens vivent à côté et attrapent des cancers à cause des radiations gamma, et ils ne mettent même pas de panneaux. Lorsque nous avons réalisé ce projet, nous nous sommes rendu compte que personne n’avait la moindre idée de ce problème. Notre travail est donc devenu un travail journalistique parce que nous voulions que les gens le sachent et qu’ils diffusent le message.

Ce qui est triste, c’est qu’à l’époque où les gens travaillaient là-bas, personne ne leur disait qu’ils pouvaient être exposés au cancer. C’était un projet très spécial pour nous parce que nous travaillions avec des enfants amérindiens, nous restions avec les grands-parents dans la montagne. Ces gens sont tellement étonnants.

Contaminated Land - 2016
Our House Is On Fire - 2020
Les vidéos des immigrants à Lesbos sont incroyables. Lost Voices et Stuck in Time parlent parfaitement de la vie qui s’arrête et des personnes sans voix.

Nous avons planifié ce projet en pensant que tout le monde aime les fleurs, et que créer un jardin était quelque chose de différent de la simple augmentation de l’argent. Les gens là-bas ne savaient pas comment ils allaient devoir attendre, des mois ou plus. En leur parlant, ils nous disaient que personne ne les écoutait pendant des années, qu’ils n’obtenaient aucune réponse. Nous pourrions être une sorte de méga-voix pour ces gens sans voix.

En ce qui concerne l’horloge, c’était vraiment symbolique parce que tout est si lent là-bas. Il n’y a rien à faire, sauf attendre. Nous sommes allés dans tous les magasins pour en trouver un, et nous sommes enfin entrés dans un magasin avec cette simple horloge au mur. Nous avons dit aux propriétaires que nous voulions l’acheter, et même s’ils étaient surpris, nous avons ramené l’horloge au camp. Parfois, il est important d’aller quelque part pour se rendre compte de la réalité de la situation. Beaucoup de gens travaillaient sur le jardin, même si certains d’entre eux pensaient qu’il finirait par disparaître un jour, alors ils pouvaient se débarrasser des choses nécessaires. Mais au moins, ils avaient des légumes frais pour l’été, des concombres et des poivrons.

Dans la série « Héros de la classe ouvrière », vous mettez également en lumière la vie des travailleurs du monde entier.

Nous voulons toujours parler de l’être humain, quelle que soit sa condition. A travers les grèves, certains d’entre eux, invisibles la plupart du temps, nous rappellent qu’ils sont une grande partie de notre société, une grande partie de notre vie. En parlant de ces luttes, nous présentons leur dur labeur, le fait qu’ils n’obtiennent pas grand-chose, le fait que certains d’entre eux ont besoin de plusieurs emplois pour avoir une vie normale.

Lorsque nous sommes arrivés aux États-Unis, nous avons découvert cette liberté de pouvoir parler des choses, et si c’est quelque chose qui peut être considéré comme super normal pour beaucoup de gens, ce n’était pas pour nous de retourner dans notre pays d’origine et c’est quelque chose que nous voulons défendre.

Working Class Hero - 2019

Photographies:  Icy & Sot

Vous pouvez retrouver Icy & Sot sur Facebook, Instagram et leur site internet.

Un grand merci à Franck Duval.

Entretien enregistré en janvier 2020.

VOUS AIMEREZ AUSSI

slinkachu

Rencontre avec le créateur des Little People, ces personnages qui surfent sur les déchets urbains pour évoquer avec poésie les conséquences de notre mode de vie contemporain. (en VO)

jakob gautel

Rencontre avec un artiste conceptuel dont le travail basé sur la politique et la mémoire questionne le parcours de chacun.e.

Jason karaïndros

Rencontre avec un artiste dont les oeuvres engagées se déploient dans l'espace, dévoilant les constructions (im)matérielles qui nous entourent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *